Bonne Fête nationale aseptisée

Fête nationaleJ’ai eu le bonheur d’assister à la « Fête nationale » du Québec sur les Plaines d’Abraham jeudi dernier. Je n’avais pas consommé « le 23 » sur les Plaines depuis belle lurette. Mon contexte personnel est maintenant bien différent qu’à cette belle époque. Comme tous, j’avais eu vent des différents changements apportés, mais n’avait pas eu la chance de les vivre.

Cette soirée a débuté par un « texto » d’un bon vieux chum m’invitant à cette fête, maintenant familiale. Il y était déjà et il était empreint par la nostalgie. Arrivé sur place, avec mon enfant, je me demandais si on n’était pas déjà « le 24 au soir », journée qui était justement dédiée à la famille il y a quelques temps déjà. Auparavant, je m’étais aussi demandé si je n’étais pas à l’aéroport ayant dû traverser non pas un, mais deux postes de contrôle de sécurité. Arrivé, j’ai « pitché » mon enfant dans un terrible jeu gonflable et pris le temps de me remémorer les bons vieux souvenirs de la « St-Jean » sur les Plaines avec mon chum. Comme tous les nostalgiques autour de moi d’ailleurs.

Puis, est apparue une gentille petite fille naïve embauchée dans le cadre de « La Fête nationale ». Elle m’en souhaite une bonne en me proposant un drapeau bleu indiqué « Modération ». Eeeeeee…quessé ça? On propose des jeux gonflables pour les enfants et on infantilise les parents?! Ici, je ne dis pas qu’il faut se saouler pour avoir du fun, comprenez-moi bien.

21 h approche et on avance vers la scène où monteront plusieurs invités. Les organisateurs de l’évènement avaient fait la promotion d’un spectacle qui ne serait pas teinté de politique. Nous n’avions pas à être inquiets avec Marie-Mai. Encore moins avec la moitié d’artistes provenant d’ailleurs que du Québec! Lisez-moi bien, je n’ai rien contre Marie-Mai et je ne suis pas raciste. J’aime bien Zachary Richard, Roch Voisine ou Jean-François Breau (il vient d’Hamilton, mais a passé son enfance à Tracadie-Sheila). Mais, j’étais en droit de me demander si je ne célébrais pas l’Acadie!

Le spectacle a fait son œuvre. Un super de bon spectacle francophone. Bravo aux artistes. Heureusement pour les fédéralistes qui ont horreur de propagande, aucune mention de souveraineté. Toute la soirée était « rodée » au quart de tour. C’était comme si nous avions tous des puces au cerveau. Un vrai rassemblement de robots!

Question de retomber un peu dans l’émotion, j’ai pris le temps de « caller » (et non caler) une bière à un courageux serveur qui trimbalait sa bière sur son dos à travers la foule. Mais, pas de danger pour lui, les robots avaient le même pas de danse. Lorsqu’il m’a remis ma bière, que je lui ai remis l’argent et que j’ai pris une gorgée, il m’a souhaité «Bonne St-Jean »! Pffffff! Je me suis étouffé avec ma gorgée. Je croyais que mentionner « Bonne St-Jean » était proscrit, qu’utiliser ce terme était passible d’un constat d’infraction. Eh bien non, je venais de trouver un autre nostalgique au milieu de cette mer de monde qui avait laissé leur culture dans la garde-robe.

Mon constat (d’infraction) à moi est simple : à vouloir castrer la St-Jean et les gens qui la consomment, nous avons tué leurs âmes. Il n’est plus permis de s’éclater avec fierté. Je l’accorde, il avait écart de conduite et des badauds qui se comportaient de manière à faire honte à leur mère. Et après? Sur les millions de fêtards qui ont passé par les Plaines « le 23 au soir », quelques écarts méritaient de faire un virage à 180̊ au lieu d’un encadrement de 45̊? Parce qu’on s’entend que ces jeunes n’ont pas arrêté de « fêter la St-Jean ». Ils vont possiblement dans un endroit moins sécuritaire. Parce qu’il y a des chauffards, devrions-nous tous nous mettre à conduire des « becycles »?

À vouloir tout contrôler et tout ordonner, on a réussi à tuer un évènement culturel et folklorique qui était un incontournable. Quand les Cowboys fringants passaient leur message politique, il faisait lever la foule. Et les spectateurs, souverainistes comme fédéralistes étaient assez intelligents pour faire la part des choses. J’ai l’impression qu’à vouloir éviter le sujet, on souhaite nous faire oublier le passé. Quant à moi, c’est de la liberté d’expression. Guy Nantel et Mike Ward en ont fait pour moins que ça ce printemps! Il y a assez des médias qui contrôlent parfois le message, laissez les artistes s’exprimer et les Québécois fêter!

Bonne St-Jean!


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s